Les actualités de l’Union départementale FO Vienne

Pascal Pavageau : « Défendre le service public, c’est faire la République. Le construire, c’est faire l’Histoire »


L'agenda FO Vienne

Consultez tous les évènements


Retraités

Retraité ? …Un salarié qui mérite le repos et le respect.
Pour FO Vienne ce retraité doit être heureux, respecté dans son intégrité, en capacité de vivre et de se soigner dignement. Les retraités doivent vivre libérés, ils y ont droit.

Rien n’est jamais acquis.
Les retraités s’organisent au cœur de FO Vienne afin de porter leurs réflexions, leurs positions, leurs souhaits et leurs revendications.
L’action permanente des retraités auprès des pouvoirs publics et des élus de la République est une impérieuse nécessité afin de préserver les droits actuels et en acquérir de nouveaux.
Rejoignez nous !

Bureau de l'Union Départementale des Retraités FO Vienne :
33 Rue des Deux Communes 86180 Buxerolles / Tel: 05 49 41 05 34 /mail : udr_fovienne@hotmail.fr

Président : Guy CHARRE
Vice Président : Jacques MARCENNE
Secrétaire : Yvette COURTOIS
Secrétaires adjoints : Jean BUVRY, Roland BREVET, Jean-Charles RENARD
Trésorière : Marie-Joseph TAVARD / Trésorière adjointe : Bernadette REKAS
Membres du bureau : AYRAULT Bernard, GRAS Madeleine, ROGER Gérard, PILOT Rémy, RENAUD Maurice, ROBIN Rolande, SAULNIER Yves Henri

Les chiffres des Retraites (régime général)

Minimum contributif (carrière complète)
minimum contributif : 628,99€/mois
minimum contributif majoré : 687,32€/mois
Maximum de pension
: (théorique) 1 564,50€/mois
Compléments : majoration pour tierce personne : 1 103,08€/mois
Pension de réversion : 54% de la pension du défunt - minimum de pension : 283,58€/mois

Les chiffres de l'Assurance-vieillesse

Allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) (anciennement "minimum vieillesse") : 800€ /mois pour une personne seule et 1 242€ pour un couple.
Minimum contributif majoré : 688€/mois soit 8 256,09€ par an pour une personne seule
Source : Assurance-vieillesse au 22 octobre 2014

Manifestations : Les retraités accentuent la pression sur le gouvernement et les parlementaires (14/06/2018)

A l’appel de l’Union confédérale des retraités FO (UCR-FO) et de huit autres organisations, les retraités étaient massivement mobilisés un peu partout en France jeudi 14 juin. Ils revendiquent le retrait de la hausse de la CSG et demandent une revalorisation des pensions.

Jeudi 14 juin, les retraités se sont mobilisés pour la troisième fois depuis l’automne dernier, pour la revalorisation de leurs pensions, gelées en 2018, et contre la hausse de la CSG.

Ils ont défilé un peu partout en France à l’appel de l’Union confédérale des retraités FO (UCR-FO), de la CGT, la CFTC, la CGC, la FSU, Solidaires, FGR-FP, LSR et Ensemble & Solidaires-UNRPA. À Paris, à l’issue de la manifestation, les responsables des différentes organisations de retraités ont diffusé un texte rappelant les raisons de leur colère, mais aussi leur détermination.

77% des retraités n’ont pas été convaincus par les explications d’Emmanuel Macron sur la hausse de la CSG et demeurent opposés à cette mesure, ont-elles rappelé, notre détermination a contraint le gouvernement à exonérer 100 000 retraités de la hausse, il est donc possible de l’envisager pour l’ensemble des retraités.

Atteinte au pouvoir d’achat
Effective depuis le 1er janvier, l’augmentation de 1,7 point de la CSG correspond pour la plupart des retraités à une hausse de la CSG de 25%. La pilule ne passe pas, d’autant que les anciens ont déjà subi une série de mesures qui portent atteinte à leur pouvoir d’achat, telle la taxe CASA de 0,3% sur les retraites et le gel de la revalorisation des pensions.

Une loi rectificative pour annuler la hausse de la CSG
FO et les autres organisations de retraités revendiquent une loi rectificative pour annuler la hausse de la CSG. Elles font circuler sur l’ensemble du territoire français une pétition en ce sens, laquelle a déjà recueilli des dizaines de milliers de signatures. Ces pétitions seront remises aux parlementaires, dans les départements, lors de rendez-vous qui seront pris localement.

Continuons à aller demander des comptes auprès des parlementaires, ont dit les organisations de retraités dans leur message diffusé pendant la manifestation parisienne. Dès la rentrée, nous nous mobiliserons à nouveau, à l’occasion du débat parlementaire sur la loi de finances rectificative, ont-elles prévenu.

La solidarité contre l’austérité
L’UCR FO et les autres organisations rappellent que les autres mobilisations qui se développent constituent un élément supplémentaire nécessitant le maintien d’une pression spécifique de tous les retraités.

Elles ont lancé un appel à favoriser partout la solidarité, la convergence des actions et des luttes, contre une politique qui va à l’encontre des intérêts de toutes et de tous, au bénéfice de quelques uns.

Les retraités ne sont pas des nantis
La colère des retraités rejoint celle de l’ensemble des salariés, ils n’acceptent pas d’être ponctionnés alors que le gouvernement offre des cadeaux de plusieurs milliards aux plus riches, indique Benoit Jayez, de l’Union confédérale des retraités FO, les retraités ne sont pas des nantis, ils ont cotisé toute leur vie et ils doivent pouvoir toucher une retraite décente pour pouvoir vivre correctement.

La mobilisation des retraités du 15 mars 2018 avait rassemblé plus de 200 000 personnes dans plus de 160 manifestations, et celle du 28 septembre 2017 avait rassemblé 80 000 manifestants. Après les manifestations du 14 juin, leurs organisations envisagent d’ores et déjà une nouvelle mobilisation à la rentrée.