Les actualités de l’Union départementale FO Vienne

EDITO ALAIN BARREAU DU 23 MARS 2020


L'agenda FO Vienne

Consultez tous les évènements


Actualités

Voir les archives

Voir les actualités en cours

EDITO ALAIN BARREAU DU 23 MARS 2020

Publiée le 23/03/2020

Chers Camarades,

Il y aura indéniablement un avant et un après.

La crise sanitaire mondiale démontre les fragilités incontestables de la planète, mise à mal par l’Homme, ses comportements, ses organisations économiques, financières, productivistes, consuméristes, lobbyistes, exploitatrices, voir esclavagistes.

Un virus démontre que la « fabrique » du monde, par la mondialisation de l’économie ainsi que sa financiarisation se situe bien, si besoin est-il de la rappeler une énième fois, dans les pays d’Asie entre autres, là où le cout de la main d’œuvre est nul pour les capitalistes, les financiers, les boursicoteurs et les néolibéraux.

Au temps où nous n’avons de cesse d’osculter la trace carbone de nos « productions » et de nos « consommations », chacun a pu, s’il n’en avait pas encore pris conscience, constater que la fabrication des « principes actifs pharmaceutiques » (ex : paracétamol) utilisés en Europe sont produits hors de « l’espace économique » européen. (80% de cette fabrication est faite en Asie, dans « l’empire du milieu » particulièrement).

Tous, avons pris conscience de la pénurie insensée, inimaginable de masques protecteurs pour nos soignants, nos personnels hospitaliers, nos aides à domicile, nos infirmiers, nos policiers, nos caissières, tous les salariés dans tous les secteurs vitaux du public et du privé qui travaillent dans des activités dites « prioritaires » pour notre Nation.

En évoquant la « Nation » que dire de l’Europe, de la « Communauté Européenne » où la solidarité n’a pas fonctionné, où la cohérence d’ensemble contre un fléau sanitaire tueur a été absente, où les frontières se sont fermées les unes après les autres bien avant la fermeture de « l’espace Schengen ». Les néolibéraux et leurs affidés qui imposent la marchandisation des services publics, la libre circulation des capitaux, la concurrence libre démontrent à eux seuls que cette Europe-là ne protège pas solidairement les peuples, les humains, ni les écosystèmes.

Au plan national, rien ne pourra plus être comme avant ! (Je n’ai pas dit : « rien ne sera plus comme avant »).

Il suffit à chacun, de reprendre une à une nos revendications FO dans tous les secteurs où les salariés œuvrent, qu’ils soient du secteur privé, comme du secteur public et particulièrement des fonctions publiques Hospitalière, d’Etat et Territoriale. Associons-y les secteurs stratégiques comme les énergies (électriques, gazières,…) les transports (aériens, portuaires, ferrés…), les industries (aéronautiques, navales, fonderies) et combien d’autres si utiles, essentiels, majeurs qui devraient être nationalisés et protégés.

Rien ne pourra plus être comme avant !

Le néolibéralisme, le capitalisme dérégulé, sauvage, carnassier puisent les ressources de la planète, l’affaiblissent, sont en train de la faire mourir à terme et toutes ses populations humaine, animale, végétale et j’ose, minérale…et surtout mettent en danger permanent les populations sur les plans sanitaire, social et humain…au point qu’aujourd’hui nos hôpitaux les soignants sont contraints de décider qui vivra (peut-être) et qui va mourir malheureusement.

Le syndicalisme ouvrier libre et indépendant confédéré, celui de FORCE OUVRIERE doit continuer à dire haut et fort au sein des instances nationales, européennes et internationales, nos analyses et surtout nos justes, légitimes et éclairées revendications, dénonciations, condamnations face aux puissances de l’argent, de la finance, des exploiteurs, des rentiers, des actionnaires, des lobbyistes…et des politiques sans foi ni loi pour bon nombre d’entre eux.

La crise sanitaire est à son commencement. Personne ne peut dire comment nous nous en sortirons, si nous nous en sortons et quand ?...

Suivra après cette crise, inévitablement une crise économique et sociale bien plus grave que 2018.

Il nous faut nous y préparer sans attendre, c’est-à-dire prendre conscience de l’exigence qui sera la nôtre, individuellement et collectivement de rester militant syndicaliste, activiste, que l’on soit « actif » ou « retraité ». Tout le monde doit, devra rester sur le pont. Le défaitisme et l’abandon ne seront pas de mise, ni d’actualité.

Les salariés, tous les salariés auront encore plus besoin de nous que jusqu’à présent. Nous devrons être mobilisés, prêts à répondre en toutes circonstances, face à toutes situations.

A ce temps de crise sanitaire, il nous faut être et restés en « veille » et en « vigilance » permanentes face à « l’état d’urgence » décrété, privatif par nature de liberté(s) pour chacune et chacun d’entre nous.

Si la situation sanitaire exige responsabilité(s), il n’en demeure pas moins que nos libertés particulièrement fondamentales doivent être respectées ainsi que nos libertés syndicales, seules contre-pouvoir démocratique et représentatif utiles face aux gouvernement et patronat

Nous ne sommes pas en guerre !

Nous sommes mobilisés solidairement et fraternellement contre la propagation d’un virus qui par nos comportements responsables et le travail de nos chercheurs et médecins devra être maitrisé et disparaitre.

Il ne peut pas y avoir d’état martial.

Il doit y avoir une exigence d’Unité, de Solidarité et de Fraternité.

Nous ne sommes pas en guerre.

Nous sommes des femmes et des hommes libres, des syndicalistes libres, des consciences libres et nous avons tous la capacité de nous mettre à la disposition de tous les salariés librement et sans attendre (si nous étions jusqu’à présent en « sidération » compréhensible par le confinement).

Ainsi, si les locaux de notre Union Départementale sont fermés au public et à toutes nos structures, les appels téléphoniques, les mails sont disponibles, ouverts et reçoivent depuis l’état de confinement bons nombres d’appels et de sollicitations de salariés en demande, en difficultés avec leurs employeurs.

Nous continuons notre travail syndical.

 Et nous demandons à chacune et chacun de contacter nos adhérents, tous nos militants, tous nos élus FO, tous nos collègues de continuer son travail syndical là où il est, où il se trouve (même en situation d’arrêts complets ou partiels d’activités). Nous devons garder tous les liens possibles, s’accommoder si besoin avec les nouvelles techniques de communications vidéos duo ou groupe type Skype/ Messenger/ WhatsApp / …

Ce temps est venu.

Le confinement nous ouvre l’opportunité de développer d’autres moyens de communication reliant ainsi les hommes et les femmes militant(e)s et adhérent(e)s de notre organisation syndicale FO Vienne. Nous vous demandons de faire cet effort essentiel.

Dans une note jointe, vous trouverez quelques informations utiles pour ces prochaines semaines de confinement.

Votre Union Départementale vous relaiera le plus régulièrement possible les informations de notre Confédération Nationale FORCE OUVRIERE.

On ne lâche rien. On est et reste mobilisé. On se met à la disposition de nos collègues et de nos adhérents même à l’arrêt confinés.

Je compte sur vous toutes et tous. Courage.

Bien à chacune et chacun. Prenez soin de vous et des êtres chers à votre cœur.

Solidairement

Amitiés syndicalistes

 

                                                                                                           Alain BARREAU

                                                                                                           Secrétaire Général

                                                                                                                                 PS : et le temps viendra où les politiques, tous les politiques de notre pays devront rendre des comptes à la Nation


 

                                             

NOTE

·         Faites remonter à l’Union Départementale toutes les informations relatives aux situations d’ouverture, de fermeture, d’activités partielles de votre entreprise ou de votre administration.

·         Coordonnées UD (rappel) :

 

-          05.49.41.05.34

-          06.86.92.48.56

-          foviennedeveloppement@gmail.com

-          udfo86@force.ouvriere.fr

               aucun courrier pour l’instant, la boîte postale est inaccessible

·         Site confédéral FO : dossier consacré au coronavirus

https://www.force-ouvriere.fr/-droit-de-retrait-508-

 

Lien permanent Nom de l'auteur