Les actualités de l’Union départementale FO Vienne

Pascal Pavageau : « Déforme constitutionnelle »


L'agenda FO Vienne

Consultez tous les évènements


Les actualités archivée

Voir les actualités en cours

Voir les archives

OFCE : Une reprise économique sans hausse des salaires

Publiée le 19/06/2018

85b3667e4bb22269682bbb9759f54844

Il va bien falloir que la reprise de l’économie mondiale se traduise, notamment en France, par une hausse des salaires et une augmentation du nombre des contrats durables. C’est, en substance, ce qu’a déclaré Mathieu Plane, économiste à l’OFCE, lors de la présentation des perspectives 2018-2019 de l’économie mondiale et de la zone euro.

Malgré une accélération de la croissance, les entreprises françaises peinent à recruter, souligne l’OFCE, l’organisme de prévision et de recherche en analyse économique rattaché à Sciences Po. Des difficultés qui se concentrent dans l’industrie et en général dans les entreprises de moins de 50 salariés, et tout particulièrement dans les moins de 10 salariés. La reprise a peut-être été plus dynamique que ce qu’avaient anticipé beaucoup d’entreprises, indiquait récemment l’économiste Mathieu Plane en présentant l’analyse de l’OFCE sur les perspectives 2018-2019 de l’économie mondiale et de la zone euro. Ces tensions montrent que le marché du travail s’améliore et qu’il va falloir réembaucher et remettre en place des dispositifs pour trouver les bonnes personnes, les bonnes qualifications.

77 % des employeurs citent un motif lié au manque d’attractivité du poste (déficit d’image, rémunération…) pour expliquer les abandons de recrutement.

Manque d’attractivité
Une étude publiée par Pôle emploi peut fournir des éléments d’explication à ce paradoxe. Selon Pôle emploi, plus de 95 % des offres d’emploi aboutissent et les difficultés de recrutement concernent les moins de 5 % restants. La première raison invoquée pour ces postes qui ne trouvent pas preneurs : le manque d’attractivité, c’est-à-dire des salaires trop faibles. Le manque de diplôme ou de formation arrivant en queue de peloton. Il va donc bien falloir que les entreprises acceptent d’augmenter les salaires, prévient l’OFCE. On ne peut avoir seulement une problématique de formation et de qualification.

De son côté, le ministère du Travail constate aussi que les salaires réels dans les entreprises de plus de 10 salariés stagnent et qu’ils évoluent moins vite que la productivité.

L’OFCE rappelle que les marges dans l’industrie ont beaucoup augmenté pour devenir très élevées : Il faut un rééquilibrage sur la valeur ajoutée, redistribuée sous la forme de salaire ou de contrats de meilleure qualité.

Créations d’emplois dans les services
S’agissant du marché du travail, l’OFCE envisage un rythme de création d’emplois qui pourrait être important. Ces créations ont principalement lieu dans les services et dans les grandes entreprises. Nous avons un taux de croissance robuste, 2 % en 2018 et 2,1 % en 2019, essentiellement dans le secteur marchand, poursuit Mathieu Plane. En revanche dans le secteur non marchand, notamment avec la baisse des emplois aidés, la réduction est marquée. Ce qui explique le fait que l’emploi total, malgré la croissance, qui est meilleure du côté du secteur privé, est en légère diminution : après la création de 271 000 emplois en 2017, 2018 devrait enregistrer 194 000 emplois créés et 250 000 en 2019.

Malgré ces petits heurs, on voit bien que la dynamique du taux de chômage est clairement à la baisse, conclut l’OFCE. À la fin de l’année 2018, le taux de chômage en France métropolitaine devrait se situer à 8,4 % pour arriver en 2019 à 7,9 %.

Zoom : Croissance mondiale et sous-emploi
L’OFCE prévoit une diminution du taux de chômage dans la plupart des pays industrialisés. Mais la baisse du nombre de chômeurs ne doit pas cacher la question du sous-emploi, rappelle Christophe Blot. Car si les statisticiens se réfèrent à la définition plus large du sous-emploi, qui inclut notamment les temps partiels subis et les chômeurs qui ne sont plus comptés dans la population active, mais qui se déclarent disponibles pour trouver un emploi, le taux de chômage en France est encore au-dessus de celui de 2008.

Lien permanent Nom de l'auteur