Les actualités de l’Union départementale FO Vienne


L'agenda FO Vienne

Consultez tous les évènements


Les actualités archivée

Voir les actualités en cours

Voir les archives

Quel hôpital public pour demain ?

Publiée le 14/02/2018

4c1d094a0da2da6e807126ca48d4a20c

Le Premier ministre devait annoncer le 13 février un plan de transformation de l’offre de soins.

La déstructuration sans précédent du tissu hospitalier ne se réglera pas avec une réforme du financement, prévient FO. Les personnels seront dans la rue le 22 mars, jour de la mobilisation de la fonction publique, pour demander des moyens supplémentaires.

Suppressions de postes et de lits, plans d’économies à répétition, conditions de travail très dégradées entraînant une grande souffrance des personnels : l’hôpital public est « à l’os », avec un déficit inégalé, estimé à 1,5 milliard d’euros pour 2017 et une activité en berne. Avec la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018, les pouvoirs publics imposent 1,6 milliard d’économies dans les hôpitaux publics en 2018. Le regroupement des mille hôpitaux du territoire en 135 groupements hospitaliers de territoire, prévu par la loi Santé de 2016, va conduire à de nouvelles fermetures de lits, de services et d’hôpitaux, avec in fine des suppressions de postes. FO Santé a estimé leur nombre à 20 000. L’annonce d’un plan de restructuration des « métiers et compétences », et la publication prochaine d’un décret autorisant les licenciements de fonctionnaires hospitaliers (lire Focus p. 3) pourraient remettre en cause le statut de ces personnels déjà très malmenés.

Plus de 1 000 médecins ont signé une lettre ouverte
Les personnels et leurs syndicats manifestent leur inquiétude et leur ras-le-bol. Il ne se passe pas une semaine sans qu’un conflit n’éclate dans un établissement hospitalier (lire page 3), les hospitaliers ont massivement participé à la grève nationale des Ehpad le 30 janvier et ils seront dans la rue le 22 mars lors de la mobilisation de la fonction publique. Même les employeurs de la Fédération hospitalière de France (FHF) sont montés au créneau en janvier pour dénoncer une situation « dramatique ». Et, fait inédit, plus de mille médecins hospitaliers de l’Hexagone ont signé une lettre ouverte adressée à la ministre de la Santé Agnès Buzyn. Avec leur démarche, à laquelle s’est associé dès l’origine le Syndicat national des médecins hospitaliers FO (SNMH FO), les signataires alertent la ministre de la Santé sur « la dégradation du service public hospitalier », et sur les grandes difficultés des praticiens à exercer leur métier. Ils dénoncent la « pénurie médicale organisée de longue date », et « un management destructeur ».
La ministre de la Santé cherche-t-elle à éteindre l’incendie qui couve ? « Nous sommes arrivés au bout d’un système », et « une restructuration de nos hôpitaux est indispensable », a affirmé Agnès Buzyn en décembre dans Libération. Le Premier ministre devait annoncer le 13 février un plan de « transformation du système de santé ». Devrait y figurer une réforme de la tarification de l’hôpital, avec une évolution partielle de la tarification à l’activité (T2A) vers un financement au parcours de soins – une des promesses de campagne d’Emmanuel Macron.
« En portant uniquement notre attention sur le mode de financement, on esquive la question centrale, celle du montant alloué aux hôpitaux. Si l’enveloppe n’évolue pas à la hauteur des besoins, les hôpitaux continueront d’être étranglés, et la qualité des soins va en pâtir », explique Luc Delrue, secrétaire fédéral FO Santé.
Combien l’État est-il prêt à engager pour soigner ses hôpitaux et répondre aux besoins de la population ? C’est aujourd’hui, pour la fédération FO Santé, le véritable sujet.

Lien permanent Nom de l'auteur