Les actualités de l’Union départementale FO Vienne

Jean-Claude Mailly : « Ne rien lâcher et décrocher tout ce qui peut l’être »


L'agenda FO Vienne

Consultez tous les évènements


Les actualités archivée

Voir les actualités en cours

Voir les archives

Chômage : des statistiques en trompe-l’œil

Les chiffres médiatisés du chômage ne prennent pas en compte l’étendue de la précarité.

Publiée le 05/09/2016

988f67f6edc836172ba6f06357e0398d

1,3 million de personnes dans le « halo » en 2013 / 1,5 million de personnes dans le « halo » en 2016
Entre 2013 et 2016, selon l’Insee, le nombre de chômeurs a diminué alors que le halo du chômage (personnes entre inactivité et sous-emploi) augmente

Le gouvernement n’a pas manqué de se féliciter de la baisse du chômage, dans la foulée de la publication en août des statistiques trimestrielles de l’INSEE et des chiffres mensuels de Pôle Emploi.

3,5 millions de demandeurs d’emploi en catégorie A fin juillet
Selon l’INSEE, le nombre de chômeurs au sens du Bureau international du travail (BIT) a baissé de 0,3% au second trimestre 2016, s’établissant à 2,8 millions de personnes.
Pôle Emploi, qui recense chaque mois le nombre de personnes inscrites sur ses listes, a de son côté comptabilisé fin juillet 3,5 millions de demandeurs d’emplois en catégorie A, en baisse de 0,5% sur un mois.
Mais ces statistiques officielles prisées des politiques sont loin de refléter la réalité du chômage et de la précarité.

Toutes les autres catégories de demandeurs d’emploi en progression
« Globalement, toutes les autres catégories de demandeurs d’emploi sont en progression, le nombre de personnes en catégorie B, qui ont travaillé moins de 20 heures dans le mois, augmente ainsi de 4,5% », indique Michel Beaugas, secrétaire confédéral FO, « en réalité, pas moins de 6,5 millions de personnes inscrites à Pôle Emploi recherchent d’un emploi. Et c’est sans compter le halo du chômage. »

Le halo : Entre inactivité et sous-emploi
Le halo du chômage est un indicateur utilisé par l’INSEE depuis 2008 pour recenser une population grandissante, qui se situe dans un entre-deux, entre inactivité et sous-emploi.
L’Institut de la statistique a recensé 1,5 million de personnes dans cette situation au second trimestre 2016 . Leur point commun : elles appellent toutes de leur vœux un travail.

Des "travailleurs découragés"
Certaines sont en recherche active d’emploi mais pas disponibles tout de suite parce qu’elles sont par exemple en formation ou en maladie. D’autres sont des « travailleurs découragés », sans emploi depuis longtemps, qui ne sont pas inscrits sur les listes de Pôle Emploi.

« De plus en plus des personnes exclues du fait de la déréglementation »
« Le halo est la conséquence directe de toutes les mesures qui flexibilisent le marché du travail, de plus en plus de personnes en sont exclues, du fait de la déréglementation et des pseudo nouvelles formes de travail », analyse Pascal Pavageau, secrétaire confédéral FO, « Le halo, c’est un vaste brouillard dont on a du mal à mesurer l’étendue, il ne faudrait pas qu’il devienne la norme ».

Focus
Statistiques : INSEE versus Pôle Emploi
Les deux organismes produisent des statistiques sur le chômage mais ils utilisent des critères différents pour mesurer des réalités différentes. C’est pourquoi leurs chiffres ne se recouvrent pas exactement.

Sans travail, disponible et en recherche active d’emploi
L’INSEE produit des statistiques trimestrielles issues d’enquêtes téléphoniques. Elles estiment le nombre de chômeurs au sens du Bureau international du travail (BIT), c’est-à-dire des personnes qui sont à la fois sans travail, disponibles pour travailler dans les quinze jours et qui ont recherché activement un emploi dans les quatre semaines précédentes.
La norme utilisée, internationale, a l’intérêt de permettre des comparaisons entre pays, par exemple mettre en regard la situation de la France avec celles d’autres pays européens.

Le reflet d’une situation administrative
Pôle Emploi, avec l’aide technique de la DARES, le service statistiques du ministère du Travail, comptabilise le nombre de demandeurs d’emploi inscrits sur ses listes. Ses statistiques sont donc le reflet de situations administratives. On peut être demandeur d’emploi inscrit en catégorie A, et ne pas être enregistré comme chômeur par l’INSEE. C’est notamment le cas des personnes qui n’ont pas effectué de recherche active d’emploi dans le dernier mois.
A l’inverse, on peut être chômeur au sens du BIT, mais ne pas figurer dans les statistiques de Pôle Emploi, par exemple parce que l’on n’est pas inscrit sur les listes de Pôle Emploi.

Lien permanent Nom de l'auteur