Les actualités de l’Union départementale FO Vienne


L'agenda FO Vienne

Consultez tous les évènements


Les actualités archivée

Voir les actualités en cours

Voir les archives

Air France : les hôtesses gagnent le droit de boycotter la ligne de Téhéran

Publiée le 06/04/2016

2589b3446ff1fffc1c1fd208ccd3b0bf

Alors qu’Air France rouvre le 17 avril sa ligne Paris/Téhéran (Iran) fermée en 2008, les syndicats des personnels navigants commerciaux dont le SNPNC-FO viennent d’obtenir que la présence d’hôtesses sur cette rotation (trois fois/semaine) se fasse sur la base du « nolontariat », soit une déclaration de non volontariat. En cause : le refus des hôtesses de porter la tenue religieuse iranienne, dont le voile.

Après s’être inquiétées depuis des mois d’un code vestimentaire à respecter pour travailler sur la ligne de Téhéran, les hôtesses d’Air France ont fait savoir qu’elles refusaient de porter le voile ainsi que leur ordonnait récemment une note de la direction soucieuse de respecter le code vestimentaire religieux iranien.

La note indiquait en effet que le personnel féminin (67% des PNC sont des femmes) devait « porter un pantalon durant le vol, une veste ample et un foulard recouvrant les cheveux à la sortie de l’avion ». Il était demandé aux hôtesses d’utiliser le foulard de leur uniforme en guise de voile.

La Direction « voulait passer en force et prévoyait de sanctionner celles qui refuseraient de travailler sur la ligne de Téhéran » s’insurge Christophe Pillet pour le SNPNC-FO rappelant comme primordial « la liberté de la femme » et « le respect de la liberté de conscience et des libertés individuelles des hôtesses à qui l’on impose une tenue religieuse en uniforme ».

Un refus ne sera pas sanctionné
Face à une protestation médiatisée des hôtesses soutenues par leurs syndicats lesquels ont soulevé le problème lors d’un CHSCT le 1er avril puis lors d’une rencontre avec la direction le 4 avril, la compagnie a été contrainte d’opter pour un « dispositif d’exception » soit ce « nolontariat ».

Les hôtesses (près de 7 000 affectés aux vols long-courrier) et les pilotes femmes pourront donc se déclarer « non volontaires » pour la ligne et cela « sans déstabilisation de leur planning, sans sanction financière ou disciplinaire ni aucune mention dans le dossier professionnel » se félicitent les trois syndicats représentatifs des PNC (FO, Unsa et Unac).

De son côté la Fédération FO des Transports (FEETS-FO) apportait son soutien à l’action des PNC et invitait le gouvernement à « veiller au respect de la liberté fondamentale de conscience pour les salariés d’une compagnie où l’Etat demeure le principal actionnaire ».

Pour la ministre des Droits des femmes, Mme Laurence Rossignol, la mesure de nolontariat « préserve les intérêts économiques de l’entreprise et la conformité aux lois du pays de destination tout en respectant la liberté de conscience du personnel navigant ».

« Dès l’ouverture de la ligne il faudra surveiller les plannings et vérifier si effectivement le nolontariat s’applique correctement » indique quant à lui Christophe Pillet tandis que la Direction s’empresse de préciser que le dispositif d’exception ne s’appliquera que pour la ligne de Téhéran.

Pour l’instant en effet cette mesure ne s’applique pas aux vols en direction de l’Arabie Saoudite par exemple.

Les hôtesses ne sont pas voilées à bord de l’avion explique Christophe Pillet. A l’arrivée en escale toutefois, pas question d’aller faire du tourisme en uniforme d’Air France dans les rues saoudiennes.

Le personnel féminin non voilé est pris en charge dans un lieu isolé de l’aéroport et amené directement à l’hôtel… d’où il ne ressortira que pour reprendre un vol vers Paris.

Lien permanent Nom de l'auteur