Les actualités de l’Union départementale FO Vienne

Rassemblement FO Vienne pour le 1er mai


L'agenda FO Vienne

Consultez tous les évènements


Les actualités archivée

Voir les actualités en cours

Voir les archives

Revue de presse / Loi travail : rien de nouveau au lest

Publiée le 17/03/2016

9c6cb4ab78b490ee827ef198fbbfa05c

Mobilisations et tactiques gouvernementales autour du projet de la « Loi Travail » ont été décortiquées par les médias ces derniers jours. Les interprétations de la presse divergent quant aux réécritures du projet : compromis, lâchage de lest pour faire passer l’essentiel, ratés, renoncements, jeux de rôles...

Le Parisien
« Le Premier ministre a présenté ce lundi une version "corrigée" du très contesté projet de loi Travail aux partenaires sociaux. Alors que l’avant-projet de loi, dévoilé dans notre journal le 17 février, a provoqué une levée de bouclier, le chef du gouvernement y voit "un nouveau départ". Il l’assure, la "nouvelle phase de concertation" a permis "d’enrichir, d’améliorer, d’approfondir cette réforme". "Dialoguer, dans une démocratie, ce n’est ni reculer, ni s’arc-bouter", plaide le chef du gouvernement ». Effectivement, avancer de trois pas et reculer d’un, ce n’est pas reculer, c’est avancer de deux pas. Un classique.

L’Express
« Ce que certains appellent un recul du gouvernement, c’est un foutage de gueule », a estimé Hélène Cavat, étudiante en troisième année de thèse de droit social. « Les militants CGT ont également évoqué "une régression". "Il n’y a aucun recul du gouvernement. On veut le retrait de ce projet de loi, purement et simplement", a insisté le secrétaire général du syndicat à PSA Poissy, Farid Borsali, alors que FO est majoritaire sur le site. »

Le Monde
« Des modifications très inspirées par les demandes de la CFDT : "Si les annonces se manifestent dans l’écriture du projet de loi, la CFDT considère que nous avons fait avancer le texte" : Laurent Berger, secrétaire général du syndicat, ne cachait pas sa satisfaction lundi, après la présentation de la nouvelle version de l’avant-projet de loi El Khomri, amendé sous la pression des syndicats et de la rue ». Une reculade bien rapide... sur des positions connues. Laurent Berger « a même estimé que le texte était désormais "potentiellement porteur de progrès pour les jeunes et les salariés". Rien de surprenant à cela, puisque l’objectif du gouvernement était justement de retrouver le soutien des syndicats réformistes. Et pour cela, il n’avait qu’à s’inspirer de leurs revendications ». Qui inspire l’air de rien.

Libération
« En amendant le projet de loi El Khomri, le gouvernement réussit son coup : il s’est épargné de vraies négociations et donne l’impression d’avoir entendu la rue et les syndicats ». Du moins certains... Quant au coup de théâtre, il pourrait répondre à un scénario : « les experts produisent dans un premier temps un projet provocateur mais défini en tant qu’il est optimal pour répondre aux besoins de la situation : tout y est, le langage, les objectifs, les moyens (...) ; la rue se mobilise, on l’entend, on l’écoute, elle paraît triompher et, repue, s’en retourne dans ses foyers ». Et le projet de loi, lui, part à l’Assemblée : « le gouvernement pourrait accepter de perdre dans la rue pour gagner dans l’hémicycle », comme le laisseraient supposer « les déclarations très récentes d’Emmanuel Macron (...) indiquant qu’il souhaite réintroduire au Parlement certaines des dispositions supprimées par Manuel Valls ». Loin de la valse-hésitation, on est plus dans la chorégraphie, avec lâchage de lest.

Lien permanent Nom de l'auteur