Les actualités de l’Union départementale FO Vienne

CDD, intérim, petits salaires, l’entrée de plus en plus précaire des jeunes dans la vie professionnelle


L'agenda FO Vienne

Consultez tous les évènements


Les actualités archivée

Voir les actualités en cours

Voir les archives

L’accès aux soins mis à mal par les coupes dans la santé en Europe

Publiée le 25/11/2015

5ea5cc59646d4b71e6fa7d6958311432

La baisse des dépenses de santé dans les pays européens touchés par la crise a limité l’accès aux soins, notamment en raison de l’augmentation du reste à charge des ménages. C’est ce qu’indique l’Insee dans une étude parue dans « France, portrait social », édition 2015. Un enseignement à méditer dans l’Hexagone, où le Parlement vient de voter un taux d’évolution des dépenses de santé historiquement bas, à 1,75 %, alors que la dynamique « naturelle » de ces dépenses approche les 4 %.

Parmi les pays les plus touchés figurent la Grèce, l’Irlande, le Portugal, et dans une moindre mesure l’Espagne, l’Italie ou le Royaume-Uni. Selon l’Insee, le ralentissement des dépenses de santé « est d’autant plus notable que, structurellement, les dépenses devraient augmenter » avec le vieillissement de la population et le coût des traitements innovants.

Renoncement à certains types de soins
La contraction de la dépense de santé a globalement été très marquée sur les postes du médicament et de la médecine de ville. Le secteur hospitalier a aussi connu « une baisse des enveloppes hospitalières », et « des réductions de salaires, du nombre de lits et des effectifs ».

Les pays européens où la dépense de santé est essentiellement financée par l’impôt, comme le Royaume-Uni, ont surtout eu recours à des coupes dans les budgets. L’Insee rappelle qu’« en Grèce ou en Irlande, les dépenses publiques n’atteignent plus en 2012 que respectivement 75 % et 82 % de leurs niveaux de 2009 » (NDLR stat. OCDE), et que l’OMS a décrié en avril 2013 « des coupes inappropriées », qui peuvent « réduire l’efficience des systèmes de santé alors que la demande […] est grandissante ».

Les autres leviers employés sont une réduction du coût des soins ou la baisse de couverture, notamment via l’instauration de franchises. La forme la plus radicale a conduit, en Irlande, « à des réductions significatives de la population couverte par l’Assurance maladie, aboutissant à une hausse de 40 % du coût des assurances privées en santé ».

Conséquence de ces coupes, le renoncement aux soins déclaré a fortement augmenté dans les pays les plus touchés par la crise, particulièrement pour les bas revenus et les chômeurs. Et un recul de l’espérance de vie en bonne santé y a été observé.

Lien permanent Nom de l'auteur