Les actualités de l’Union départementale FO Vienne

Niveau de vie des ménages : les inégalités vont s’accroître


L'agenda FO Vienne

Consultez tous les évènements


Les actualités archivée

Voir les actualités en cours

Voir les archives

Grève du 17 : les personnels toujours aussi déterminés pour gagner l’abrogation de la réforme du collège !

Communiqué du Syndicat National FO des Lycées et Collèges

Publiée le 21/09/2015

7288d855835c787c8e6a8f6bfc0af74e

Le SNFOLC propose : assemblées générales partout, dans tous les établissements pour discuter de la reconduction de la grève, pour décider. C’est le moment !

Ce 17 septembre, plus d’un tiers des personnels se sont mis en grève à l’appel de 13 organisations syndicales (SNES-FSU, SNEP-FSU, SNFOLC, SNETAA-FO, SFSDPEP-FO, CGT Educ’action, SNEIP-CGT, SNALC-FGAF, SUNDEP Solidaires, SUD Education, SIES-FAEN, SNCL-FAEN, CNGA CFE-CGC) pour demander l’abrogation de la réforme du collège.

Des établissements étaient bloqués à 70%, 80% et même 100%.

Des dizaines de manifestations ont eu lieu dans les départements.

Alors que l’intersyndicale nationale a demandé à être reçue par la ministre elle-même, elle a proposé une nouvelle fois de faire recevoir la délégation par son cabinet à l’issue de la manifestation parisienne. C’est de la ministre que l’intersyndicale veut une réponse, celle de l’abrogation des textes de la réforme et de la réouverture des discussions sur d’autres bases !

L’intersyndicale nationale se réunira le 21 septembre au soir.

Les personnels ont marqué leur détermination face à une réforme qu’ils refusent, déjouant les pronostics de tous ceux qui tablaient sur une démobilisation.

Ils ne veulent pas de l’autonomie des établissements, de l’amputation des enseignements disciplinaires, de la disparition déguisée des langues anciennes, de la suppression des classes bilangues et européennes. Ils ne veulent ni d’une formation-formatage, ni de l’anticipation de la réforme.

La ministre peut parler en boucle d’accompagnement, d’enseignements pratiques interdisciplinaires, d’autonomie, de programmes de cycles, et les présenter comme les remèdes aux difficultés des élèves. Cela ne prend pas.
Les personnels sont là, unis sur la revendication d’abrogation portée par les 13 organisations syndicales. Ils veulent gagner, ils veulent que cette réforme disparaisse !

Des dizaines de réunions intersyndicales ont eu lieu dans les départements, des centaines d’assemblées et d’HIS ont eu lieu avant le 17 : toutes exigent l’abrogation de la réforme.

Un communiqué intersyndical de la région parisienne publié ce 17 « appelle les collègues, dès demain, à se réunir en assemblée générale pour discuter des suites de la mobilisation ».

En Loire-Atlantique « l’intersyndicale invite les personnels à se réunir dans les établissements, dès le 18 septembre, pour discuter des suites du mouvement, y compris la reconduction de la grève. »

Dans l’Eure, l’AG réunie à la suite de la manifestation avec les syndicats FO, CGT et SUD avec des personnels de 20 établissements « demande à tous les personnels de se réunir en assemblée générale dans chaque établissement pour décider la poursuite de la grève. Elle considère comme indispensable d’en informer les collègues des autres établissements, les organisations syndicales et les parents d’élèves. »

Dans des dizaines et des dizaines d’établissements, des assemblées générales sont convoquées dès ce vendredi.
Déjà, notamment dans l’Eure, en Seine-Maritime, dans la Somme, l’Oise, à Paris, en Loire-Atlantique, le Var, les Yvelines, à Marseille, en Drôme-Ardèche, dans les Alpes-Maritimes, dans l’Aisne, Bordeaux, Orléans-Tours, dans le Maine-et-Loire, dans la Manche, le Morbihan, en Moselle, dans les Vosges, les Hauts-de-Seine, en Seine-Saint-Denis, dans le Val-de-Marne, la décision de poursuivre la grève a été dès avant le 17, mise à l’ordre du jour dans les assemblées générales, si la ministre ne reculait pas et dans les AG prévues le 18.

C’est ce mouvement qu’il faut amplifier, qu’il faut généraliser. C’est ce que propose le SNFOLC.

Continuer la grève : plus que jamais, c’est cette question qui est posée.

Assemblées générales partout, dans tous les établissements, pour en discuter, pour en décider !

Lien permanent Nom de l'auteur