Les actualités de l’Union départementale FO Vienne

Prélèvement à la source : Bercy doit aller au bout


L'agenda FO Vienne

Consultez tous les évènements


Les actualités archivée

Voir les actualités en cours

Voir les archives

Grèce : avant d’être financière, la crise est humanitaire

Publiée le 09/09/2015

Alors que le pays entre dans la phase de négociation de son 3e plan d’aide, préalable obligatoire au déblocage d’une enveloppe financière permettant la recapitalisation des banques grecques, un rapport opportun de la Confédération des travailleurs grecs (GSEE) tire la sonnette d’alarme. Et rappelle que l’urgence n’est pas bancaire, mais humanitaire ! En juillet 2015, 4 grecs sur 10 vivent dans la pauvreté totale. Selon le syndicat, c’est le résultat de la dérégulation du marché du travail – conséquence des politiques d’austérité conduites par les gouvernements successifs. Le rapport révèle ainsi que 7,6% de la population grecque vivait dans la pauvreté totale en 2009, contre 37,4% en 2012 ! Comme ailleurs, les premiers touchés sont les travailleurs à temps partiel (taux de pauvreté absolue passant de 30,1% en 2009 à 51,7% en 2014). Les travailleurs percevant le salaire minimum ont connu, sur la même période, une perte de pouvoir d’achat atteignant les 25%.

Pour mémoire, un rapport publié par la GSEE en octobre 2013 dénonçait déjà les mesures d’austérité qui drainaient dans leur lit une série d’atteintes aux droits sociaux, en plus d’une baisse de la productivité, du PIB (moins 25% au cours de la période 2010-2013), du quasi quadruplement du taux de chômage (7,7% en 2009, 28% en 2013) et du développement massif du travail au noir.

En juin dernier, le parlement européen analysait lui aussi l’impact de la crise et des mesures d’austérité sur les droits fondamentaux.

La Grèce, nouveau visage d’une Europe amère, intransigeante avec ses peuples et rigoureuse dans sa gestion des comptes bancaires privés. Dans une zone économique faiblement intégrée et non-coopérative, le projet politique de l’UE semble se réduire à un simple marché avec ses rapports de force et ses conflits économiques larvés.

Dans ce contexte, les projets de réforme de la gouvernance de la zone euro prennent une ampleur nouvelle.

Politique, institutionnelle, la crise de l’Union européenne devient celle d’une Europe des peuples qui subit de plein fouet des politiques d’austérité ineptes au profit de banques privées.

Avec la CES, FO estime que « l’UE doit à présent mettre en oeuvre son plan de sauvetage, sans ajouter de nouvelles conditions ou davantage d’austérité aux négociations qui vont suivre ». Nous demandons à ce que le plan de sauvetage en cours de négociation permette de « couvrir les besoins de financement actuels de la Grèce » et une relance de l’économie.

Lien permanent Nom de l'auteur