Les actualités de l’Union départementale FO Vienne

Rassemblement FO Vienne pour le 1er mai


L'agenda FO Vienne

Consultez tous les évènements


Les actualités archivée

Voir les actualités en cours

Voir les archives

"D’un hôpital public à un dispensaire de soins pour les Montmorillonnais ?"

Publiée le 15/06/2015

571702f63a4f85089565e4d0ab95529a

Piégés, les populations, les patients, et les personnels du Centre Hospitalier de Montmorillon !

Leur établissement de soins va changer de statut sous la pression des réformes et d’un manque de recrutement de praticiens hospitaliers « durables ».

Oui, c’est un véritable piège qui se referme sur un établissement hospitalier en bonne santé financière qui sera absorbé par le CHU de Poitiers par la proposition de fusion en 2016.
Cette mesure est prévue dans le projet de loi de santé de la Ministre, pas encore votée à l’Assemblée Nationale.

Tout comme la réforme de l’Education nationale réduit les moyens des enseignements auprès de nos enfants, avec la réorganisation des cycles, ce gouvernement, représenté par la Ministre Marie Sol Tourraine, met à la diète son système de santé, donc le secteur hospitalier, jusque dans les bassins de vie ruraux.

Depuis sa collaboration avec l’établissement du chef-lieu du département, le CH Montmorillon s’est affaibli par le manque de praticiens hospitaliers. Des postes ont été laissées vacants par une fédération médicale défaillante pendant la période de direction commune.

Le CH Montmorillon passera annexe du CHU au début janvier 2016 si la fusion souhaitée se réalise.
Les 6 mois de discussions, depuis l’annonce en janvier dernier, n’auront pas suffi pour ancrer un avenir plus certain, plus serein pour les services de chirurgie (viscérale et orthopédie). Loin, très loin d’être pérennisés, ils fonctionnent aujourd’hui par la venue en alternance de praticiens du CHU. 

Les autres services ne sont pas mieux lotis.
Ceux des urgences et de radiologie peinent à combler le tableau des gardes médicales.
Pire, en cardiologie, il manque deux praticiens, soit cinquante pour cent de l’effectif médical.
Force est de constater que le projet médical n’est toujours pas abouti et pas plus fiabilisé par le CHU.
Pourtant les postes et les moyens existent. Même si une large palette de consultations avancées, assurées par les médecins spécialistes du CHU, sont bénéfiques pour les patients, il n’en reste pas moins que l’accès traditionnel aux soins en proximité s’éloigne des Montmorillonnais.

Cette fusion impactera également l’emploi dans le bassin montmorillonnais.
La structure juridique disparaissant, l’établissement perd son droit essentiel de recruteur et d’employeur phare du pays des macarons.

Dans un premier temps, si la fusion se concrétise, quelques services seront recentralisés vers le CHU.
La Pharmacie, la Stérilisation, et les Services Economiques sont dans le viseur et ce dès 2016.
Là encore, le projet n’est absolument pas finalisé.

Et on nous demande de passer au vote !!!

Pour Force Ouvrière, chaque mobilité forcée, chaque déplacement d’agent par un transfert d’activité doit être accompagné par une indemnisation de trajet effectué sur le temps de travail pour l’ensemble des agents en poste au centre hospitalier de Montmorillon au 31 décembre 2015.

Les salariés n’ont pas à subir les avatars de cette fusion.
Après un bilan comparatif qui est loin d’être exhaustif entre les deux structures, les personnels y perdraient des acquis sociaux de façon conséquente.
L’alignement des primes de 800€, comme le laisse entendre le Directeur général du CHU, ne concerne qu’une minorité de salariés. Par contre le déroulement de carrière réduit à sa simple expression impacte les rémunérations mensuelles des agents.
Le défraiement des astreintes est plus favorable aux personnels travaillant dans l’établissement du sud du département que ceux de la capitale régionale.
La perte d’un jour de RTT et d’un jour de fractionnement sont deux exemples en défaveur des personnels.
Et si on apprécie les conditions de vie au travail, le nombre de dimanches et jours de fêtes travaillés, le remplacement des arrêts de travail un pour un, la balance penche en faveur du CH Montmorillon.

Un nivellement, une diminution des droits et acquis sociaux des personnels n’est pas acceptable, pas plus que la régression des possibilités de soins dans le Montmorillonnais.

Au moment où le gouvernement annonce un plan sans précédent de réduction des dépenses de santé, fragilisant le service Public Hospitalier, qui peut croire à la rénovation des blocs opératoires et du service de médecine de notre Hôpital ?

Alors que la Direction Générale de l’organisation des soins (Ministère de la santé), via les ARS, donne des directives de suppression de 7 000 postes, le Directeur général du CHU de Poitiers annonce lui 100 postes supprimés, lors de l’assemblée générale des personnels lundi dernier.

Qui peut croire que le Centre Hospitalier de Montmorillon passerait à côté de cette tempête ?
Personne !! Pas plus les personnels que les patients. 

Pour Force Ouvrière, un seul mot d’ordre : Résister … 

FO appelle l’ensemble des personnels à la grève le 25 juin 2015
Journée nationale d’action à l’initiative de la Fédération des Services Publics et de Santé Force Ouvrière.
Pour Défendre le service public Hospitalier Montmorillonnais
Pour Maintenir les acquis sociaux des personnels du CHM

Un jour, 4 heures, 1 heure de grève pour se faire entendre le jour où le conseil de surveillance de l’établissement votera ou pas la FUSION.
Le CH Montmorillon le vaut bien, pour ne pas devenir un simple dispensaire de soins !!!

Lien permanent Nom de l'auteur