Les actualités de l’Union départementale FO Vienne


L'agenda FO Vienne

Consultez tous les évènements


Les actualités archivée

Voir les actualités en cours

Voir les archives

Actions : les douaniers se mobilisent contre la réforme 2018

Publiée le 21/03/2014

6928350a27ef265424000e00d1027556

À l’appel de cinq syndicats dont FO, les douaniers ont contesté, jeudi 20 mars, le projet de réforme mettant en péril les emplois et les missions.

Le mouvement de grève des douaniers promettait d’être suivi... Il le fut. Dès midi, le Syndicat national des douanes FO (SND FO) comptabilisait en effet un taux de grévistes de 78% en Bretagne, de près de 90% en Auvergne, de 54% dans l’est de la France... Cette journée d’actions du 20 mars concernait plus globalement trois Directions du ministère des Finances (les douanes, les finances publiques et la concurrence, consommation et répression des fraudes). Fortement inquiets d’une prochaine réforme les visant directement, les agents des douanes se sont particulièrement mobilisés à l’appel de cinq syndicats dont FO.

À Paris, la manifestation a rassemblé ainsi 6 000 agents des finances dont une large majorité de douaniers. D’autres défilés étaient organisés à Toulouse, Marseille et Bordeaux. Les agents des douanes ont ainsi fustigé le projet stratégique de réforme qui doit être finalisé en 2018. Il prévoit notamment la création d’immenses directions interrégionales qui vont induire des suppressions de postes. Or, déjà, à coups de fusions de services, l’administration a changé de visage. Après 4 000 emplois perdus en dix ans, les douanes pourraient en perdre 1 500 autres en trois ans. « J’ai dix ans de carrière... cela fait dix ans de réformes », ironisait hier Romain, 32 ans, juriste-douanier à Paris. Pour ce militant FO présent à la manifestation parisienne, « il faudrait être aveugle pour ne pas constater la hausse du nombre de suppressions de postes. En quatre ans, mon service en a perdu dix sur quarante. » Pour Abdenour, 39 ans, douanier à Orly, le plan stratégique (PSD) « fait craindre la suppression de 70% des postes de douaniers dans les Régions ». Comme ses collègues, il s’inquiète de l’absence de mesures de reclassement et d’accompagnement pour les agents.

« Des horaires déments »
« La direction nous explique qu’on est trop figés, qu’il faut évoluer et que l’on n’a plus vocation à être douanier toute une carrière ! » Dans la région parisienne, explique une douanière d’un des cinq services de fiscalité Paris-Ouest dédié aux taxes énergétiques et environnementales (la TIPP), les restructurations vont avoir lieu aussi. Ces bureaux, dont l’activité apporte des milliards d’euros de recettes par an à l’État, seront bientôt regroupés à Boissy-Saint-Léger (Val-de-Marne). Les agents n’ont pas davantage d’informations. Maria, 54 ans, est en poste à Saint-Germain-en-Laye et travaille au Pôle action économique. Elle se déplace régulièrement dans d’autres régions. « Je constate partout le manque d’effectifs. Les agents sont contraints de se partager la surcharge de travail. Bilan : ils font des horaires déments ! » Par ailleurs, insiste Maria, « les entreprises se plaignent qu’il y ait de moins en moins de proximité avec nos services. Or pour elles, c’est important. Leur activité commerciale ne peut être bloquée parce que nous tardons à arriver pour une mission de contrôle ! ». Chez les douaniers-motards, on craint la suppression de brigades. Parmi les pilotes d’hélicoptère ou d’avion des douanes, c’est aussi la grande inquiétude. Dédiées à la surveillance aéroterrestre du territoire (pour les prises de vue, les filatures...) les bases de Dijon, Toulouse et Pau ont déjà fermé. « Il ne reste que nous, la base de Paris-Le Bourget », fulminent Ged et Stéphane, précisant que le matériel qu’ils utilisent est si vieillissant que cela contraint sans cesse à annuler ou refuser des missions, celles de nuit notamment. « On est la police de la marchandise », explique de son côté un douanier-motard : « Nos contrôles apportent des recettes à l’État. Or si l’État ne se donne plus les moyens de pouvoir assurer la bonne perception des taxes à travers les services des douanes, c’est grave ! »

Restructurations : Bercy promet d’aider les douaniers
Reçus hier dans l’après midi à Bercy par le ministre de l’Économie et des Finances, M. Pierre Moscovici, et le ministre du Budget, M. Bernard Cazeneuve, les syndicats de douaniers (FO, CGT, Solidaires, CFDT et Unsa) ont fait part de leurs revendications, notamment celle portant sur le soutien que l’administration se doit d’apporter aux agents dans le cadre de réforme ou projet stratégique des douanes (PSD) prévu d’ici 2018. Au cours de cette rencontre, les syndicats, dont FO, du secteur des finances publiques (DGFIP) et ceux de la direction de la concurrence, consommation et répression des Fraudes (DGCCRF) ont porté aux ministres leurs propres revendications. Rappelant la volonté de l’État de « réaliser des économies budgétaires », les ministres ont assuré vouloir « poursuivre le dialogue social » avec les agents des trois directions et indiqué que « les missions et le périmètre de chaque direction seront préservés ». En ce qui concerne la réforme des douanes, le ministère des Finances a annoncé « une réforme du dispositif d’accompagnement des restructurations, avec une revalorisation substantielle des modalités financières, dès la fin du premier semestre 2014. » Les ministères indiquent par ailleurs que « les mobilités vers d’autres directions du ministère seront facilitées pour les agents volontaires ».

Lien permanent Nom de l'auteur