Les actualités de l’Union départementale FO Vienne


L'agenda FO Vienne

Consultez tous les évènements


Les actualités archivée

Voir les actualités en cours

Voir les archives

Trois questions à... Jean-Claude DELGÈNES, directeur du cabinet d'expertise Technologia

Publiée le 25/09/2013

FO Hebdo : Êtes-vous satisfait de la création de cet observatoire ?
Avec le professeur de médecine Michel Debout, nous avions lancé un appel en ce sens en 2011. Je suis donc très satisfait, même si je ne pensais pas que nous aurions tant de difficultés à faire prospérer l’idée. C’est aujourd’hui une première étape. Mais je ne serai pleinement satisfait que lorsque le taux de suicide se réduira sensiblement, en passant sous la barre de 10 décès pour 100.000 habitants. Nous sommes actuellement à presque 15 décès pour 100.000 habitants, il y a un gros travail à faire.

FO Hebdo : Comment expliquez-vous le retard dans la mise en place d’une politique publique des suicides ?
Le suicide reste un sujet tabou en France pour diverses raisons. Jusqu’en 1789, les suicidés étaient réprouvés et ne pouvaient pas être enterrés au cimetière. Dans la religion catholique, le suicide est un péché. Nous manquons aussi en France d’une culture de la prévention. La mise en place du plan anti-cancer ou d’actions pour faire baisser le nombre de morts sur les routes a également été très tardive. Notre premier plan anti-suicide date de 2000, en Grande-Bretagne la question a été prise à bras-le-corps dès 1950.

FO Hebdo : D’après votre expérience dans les entreprises, le travail peut-il mener au suicide ?
Le suicide est une question complexe et toujours multifactorielle. Le travail est un facteur de protection et d’intégration dans la vie sociale pour l’individu. La perte d’emploi et la précarité sont des facteurs de risque. Dans certaines situations comme le burn-out, le travail peut aussi être un facteur précipitant en s’ajoutant à d’autres difficultés. Les restructurations permanentes sans accompagnement, la mobilité plus ou moins forcée favorisent l’anxiété et la perte de repères. Il y a une double pression, d’un côté celle du management et de l’autre celle des trois millions de chômeurs et une précarité virtuelle intégrée mentalement par le salarié.

Lien permanent Nom de l'auteur