Les actualités de l’Union départementale FO Vienne


L'agenda FO Vienne

Consultez tous les évènements


Les actualités archivée

Voir les actualités en cours

Voir les archives

Le ministère du travail et celui du capital

Jean-Claude Mailly s'exprime au lendemain de la mobilisation

Publiée le 15/09/2013

Lorsque ce journal paraîtra, la journée de mobilisation du 10 septembre sera passée.

Le projet de loi rendu public la semaine dernière reprend les mesures gouvernementales, dont celle notamment que nous contestons le plus, à savoir l’allongement de la durée de cotisation, annoncée pour les jeunes générations, qui ne pourront pas prendre leur retraite avant 67 ans.

Par ailleurs, le projet, à sa lecture, révèle des éléments nouveaux et contestables. Le Comité de surveillance mis en place et composé d’experts aura également dans son orbite de réflexion les régimes complémentaires.

Cela signifie que le paritarisme sera affaibli. On retrouve là le cocktail libéralisme économique et autoritarisme social en vigueur depuis quelques années. De fait ce comité, même s’il ne décide pas, jouera le même rôle que le Haut Conseil des finances publiques, à savoir s’assurer de l’absence de dérapages, notamment au regard des dépenses publiques et sociales et du pacte budgétaire européen. Autrement dit, la logique «austéritaire» perdure.

Sur la pénibilité, dossier qu’il faudra suivre attentivement tant les chausse-trapes sont nombreuses, les salariés proches de la retraite sont quelque peu oubliés. En effet, Il faudra avoir 59,5 ans pour être concerné, et ce, compte tenu du fait qu’il va falloir quelques années pour que la mécanique se mette en place.

Enfin, même si cela ne figure pas dans le projet de loi, les déclarations du ministre de l’Économie et des Finances sur la compensation aux employeurs de l’augmentation de la cotisation patronale ne sont pas acceptables.

De fait, les annonces ou ballons d’essai en faveur des employeurs se multiplient: pas d’augmentation des cotisations car elles seront compensées, allégements fiscaux, CICE sans contrepartie et sans contrôle fiscal! On n’en dira pas de même vis-à-vis des salariés.

On a un ministère du Travail, mais pas des Travailleurs et on a un ministère des Finances qui pourrait s’appeler ministère du Capital.

Sur les retraites comme sur les autres dossiers, le CCN fera le point la semaine prochaine.

Lien permanent Nom de l'auteur