Les actualités de l’Union départementale FO Vienne


L'agenda FO Vienne

Consultez tous les évènements


Les actualités archivée

Voir les actualités en cours

Voir les archives

FO inquiète pour l'avenir des salariés du groupe ACCOR

Publiée le 17/05/2013

Les syndicats et les salariés du premier groupe hôtelier mondial, Accor*, sont inquiets pour l’avenir des emplois et des conditions de travail, avec une assemblée générale des actionnaires qui a «débarqué» le P-DG, Denis Hennequin.
Une éviction qui intervient deux ans seulement après son arrivée à la tête du groupe, alors que les résultats d’Accor ont été décevants au premier trimestre. Le P-DG d’Accor, le troisième à être limogé en huit ans, a été remplacé par un trio «de transition», composé de l’ex-banquier Philippe Citerne, du patron de Colony Capital, Sébastien Bazin, et de son directeur général délégué, Yann Caillère.

Débrayage des salariés

Jeudi 25 avril, le syndicat FO d’Accor avait appelé tous les salariés à «cesser symboliquement le travail pendant quinze minutes», à l’ouverture de l’assemblée générale, qui s’est déroulée dans un hôtel Novotel à Paris. «Plus de 300 salariés des sièges sociaux, situés à Évry, ont débrayé, solidaires de leurs collègues employés dans les hôtels du groupe», indique Gilles d’Arondel, Secrétaire général du syndicat FO Accor. L’organisation syndicale déplore «la stratégie financière désastreuse» des principaux actionnaires de l’entreprise, les fonds de pension Colony Capital et Eurazeo, qui détiennent ensemble 30,08% des droits de vote au sein d’Accor et 21,4% du capital.

«Pour Colony Capital et Eurazeo, la logique financière de court terme a systématiquement primé au détriment d’un modèle économique et social pérenne», s’inquiète FO, qui dénonce une «spirale infernale du profit à tout prix», consistant «à démanteler un fleuron de l’industrie de l’hôtellerie française». Alors que le groupe possède aujourd’hui beaucoup de ses hôtels, FO craint des cessions d’actifs, autrement dit des ventes d’établissements qui deviendraient des franchises. Les salariés se retrouvent donc aujourd’hui avec le risque de perdre des garanties collectives liées à leur appartenance au groupe Accor, telles que le treizième mois, la mutuelle ou l’intéressement collectif. Accor totalise 45.000 salariés en France et 160.000 dans le monde.

* Le groupe fédère notamment les établissements Ibis, Mercure, Novotel, Sofitel, Pullman et Hôtel F1.

Lien permanent Nom de l'auteur