Les actualités de l’Union départementale FO Vienne


L'agenda FO Vienne

Consultez tous les évènements


Les actualités archivée

Voir les actualités en cours

Voir les archives

Énergie : la main glacée du marché

Publiée le 14/11/2012

Les premiers frimas angoissent les Français, déjà premiers consommateurs de tranquillisants au monde, car leurs factures d’électricité ou de gaz seront sans guère de doute plus salées que les routes.

Les effectifs de l’Équipement fondent, tandis que les prix de l’énergie flambent au fur et à mesure qu’ils sont progressivement cédés à la main glacée du marché. Et à défaut de la trancher, de plus en plus de Français coupent le chauffage. Pratiquement un sur deux.

Selon le baromètre annuel du médiateur national de l’énergie, dévoilé ce 30 octobre, 42% des Français déclarent avoir baissé leur chauffage devant la montée des tarifs. Le baromètre lui aussi grimpe : ils n’étaient que 14% en 2002 et 21,5% en 2006 (chiffres INSEE). Ce qui n’empêche pas les apprentis sorciers de persévérer à ouvrir les fenêtres au marché et à la concurrence, sous l’œil de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), «autorité administrative indépendante chargée de veiller au bon fonctionnement des marchés de l’électricité et du gaz en France», indépendante du gouvernement peut-être, mais guère de l’idéologie libérale.

Quoi qu’il en soit, depuis 2007, les tarifs n’ont cessé d’augmenter, asphyxiant un peu plus, par effet de boule de neige, le budget des ménages et donc la consommation des Français. Et l’on se demandera par quelle ironie le gouvernement a pu donner à son projet de loi sur la tarification progressive de l’énergie, qui met à mal la péréquation républicaine des tarifs suivant le principe de solidarité du Conseil national de la Résistance (CNR), un intitulé pareil : «Vers un système énergétique sobre». Il y a longtemps que, particulièrement en matière d’énergie, les ménages modestes donnent dans la sobriété.

Lien permanent Nom de l'auteur