Les actualités de l’Union départementale FO Vienne


L'agenda FO Vienne

Consultez tous les évènements


Les actualités archivée

Voir les actualités en cours

Voir les archives

Jean Claude MAILLY prend le pouls de ses troupes

Publiée le 13/05/2012

2a2f48b7c5a4ca370accf766e3885481

Le secrétaire général de Force Ouvrière, Jean-Claude Mailly, participe au XXVIIe congrès départemental de Force Ouvrière de la Vienne.

L’occasion de remettre la retraite à 60 ans sur le tapis.

Ce congrès départemental intervient après l'élection d'un nouveau président de la République. Ça change quoi pour Force Ouvrière?
«Pour ce qui est de la méthode, j'espère qu'on revienne à un dialogue social plus serein, avec un respect mutuel. Que nous puissions nous expliquer sans qu'on nous jette des anathèmes ou qu'on nous traite de "corps intermédiaires"… Il serait bon aussi que le président préside et que le gouvernement gouverne. Que tout ne se traite pas à l'Élysée.»

Et sur le fond?
«L'État de grâce de François Hollande ne durera pas : les attentes des salariés sont nombreuses sur plusieurs points. Il y a les dossiers du candidat comme le blocage des prix des carburants et la question des retraites pour les carrières longues, à partir de 60 ans. Nous, nous demandons quelle période le futur gouvernement veut retenir. Il y a la période cotisée qui concerne le travail effectif, et la période cotisée et validée, celle que nous défendons. Elle prend en compte le congé parental d'éducation, les accidents du travail… Pour une femme née en 1955-1956 ayant eu un enfant, qui se serait arrêtée deux ans, la retraite est à 62 ans au lieu de 60, selon les critères retenus. Ça n'est pas anodin.»

Aujourd'hui vous rencontrez les militants de terrain. Quelles sont leurs attentes?
«Le contexte est très lourd et je sais qu'ils me parleront des services publics fragilisés et des risques de plans sociaux. Nous allons discuter salaire minimum mais je vais aussi les écouter. J'ai toujours considéré que mon rôle est d'être à leur contact, lors de ces congrès, ou à l'occasion de visites de terrain en entreprise ou en milieu hospitalier, comme j'ai déjà pu le faire dans la Vienne.»

Propos recueillis par Delphine Noyon de la Nouvelle République

Lien permanent Nom de l'auteur