Les actualités de l’Union départementale FO Vienne


L'agenda FO Vienne

Consultez tous les évènements


Les actualités archivée

Voir les actualités en cours

Voir les archives

2012 : les salariés des TPE vont voter

Publiée le 02/04/2012

Commençons d’abord par une définition.
TPE : très petites entreprises employant moins de 10 salariés.

Leurs caractéristiques :
• un million d’entreprises,
• trois millions de salariés,
• elles regroupent plus de 20 % de l’emploi salarié concurrentiel,
• plus d’une TPE sur trois n’emploie qu’un seul salarié,
• 26,4 % des salariés des TPE sont à temps partiel,
• 11,3 % sont en CDD,
• les salariés n’ont pas d’instance représentative du personnel.

Les salariés du commerce sont 24% à travailler dans les TPE dont 29,4% à temps partiel. La plus grande majorité des branches du commerce non alimentaire ont des TPE qui représentent :
_ Commerce de l’audiovisuel, électronique et équipement ménager : 90 % des entreprises et 40 % des salariés,
_ Négoce de l’ameublement : 86,5% des entreprises et 41,90 % des salariés,
_ Négoce de bois,
_ Chaussures détaillants : 90 % des entreprises et 75 % des salariés,
_ Habillement détaillant : 68 % des salariés,
_ Commerces de gros : 77 % des entreprises et 22 % des salariés,
_ Commerce import-export : 85 % des entreprises et 30 % des salariés,
_ Commerce de détail non alimentaire : 95 % des entreprises et 51 % des salariés,
_ Fleuristes,
_ Quincaillerie,
_ Vente à distance : 88 % des entreprises et 14 % des salariés,
_ Optique lunetterie : 63 % des salariés,
_ Cuisinistes,
_ Papeterie, bureautique, librairie : 74 % des entreprises et 30 % des salariés,
_ Médico technique : 20 % des entreprises et 23 % des salariés,
_ Bonneterie - jouets en gros : 84 % des entreprises et 33 % des salariés,
_ Sport,
_ Photographie,
_ Horlogerie bijouterie : 48 % des entreprises et 45 % des salariés,
_ Horlogerie en gros : 74 % des entreprises et 18 % des salariés.

Le vote de ces salariés aura lieu fin 2012 et se déroulera soit par correspondance soit par voie électronique. Seront pris en compte les salariés présents dans les entreprises en décembre 2011. Donc les nouveaux entrants sur le marché du travail ou les chômeurs qui retrouvent un travail dans les TPE après cette date, ne seront pas comptabilisés ; a contrario de ce qui se passe dans les entreprises aux élections professionnelles puisque pour eux, il suffit d'avoir une présence de 3 mois dans l’entreprise pour pouvoir voter. Il y a donc discrimination.

D’ailleurs, ce n’est pas l’intérêt des salariés qui a motivé les signataires de la position commune, mais uniquement le besoin de prouver qu’ils sont les seuls à être représentatifs ! Et pour l’instant, les faits ne leur donnent pas toujours raison, à voir les résultats dans la plus grande majorité des entreprises du commerce et, pour ne citer qu’elles, les élections dans la fonction publique d'Etat où
FO arrive en tête !

Quelle valeur va avoir ce scrutin où il n’est pas question de quorum, ni même de minimum de votants ? Si on suit leur raisonnement, 2 % de votants pourraient déterminer la représentativité des organisations syndicales ! Leur légitimité à négocier, conclure un accord ou faire valoir le droit d’opposition ! Il y a là une deuxième discrimination puisque dans les entreprises, les syndicats sont soumis à la règle des :
_ 10 % pour être représentatif,
_ 30 % pour pouvoir signer un accord,
_ 50 % pour pouvoir s'opposer à un accord.

Mais la loi issue de la position commune n’est pas avare de contradictions et d’imbécilités. Pour autant, il faut bien l'appliquer en attendant son abrogation.
La question est : comment amener ces salariés qui ne connaissent que peu les organisations syndicales à voter et bien sûr à donner leur voix à FORCE OUVRIERE ?

Tout d’abord en leur disant
_ que notre Organisation syndicale défend, négocie, pour eux, les seuls accords collectifs qui leur soient applicables : les CONVENTIONS COLLECTIVES ;
_ que par nos actions en justice nous faisons évoluer le code du travail ;
_ que notre Organisation syndicale est à l’origine des congés payés, de la Sécurité Sociale… contrairement aux signataires de la position commune (CGT et CFDT) qui ont contribué à remettre en cause la négociation de branche.

Car cette élection sera malgré tout décisive pour toutes les instances de notre Organisation syndicale, comme pour les autres organisations syndicales d’ailleurs. Elle déterminera, avec les résultats des élections professionnelles dans les entreprises, la représentativité au niveau local de nos syndicats, de nos UD, au niveau national de nos Fédérations et de la Confédération.
Ensemble, nous y arriverons.

Nous faisons tous nos achats dans divers petits magasins, nos camarades livreurs livrent parfois dans des petites entreprises, dans notre voisinage, et dans notre famille, il y a des salariés de TPE. Nous devons tous leur parler de FO.
Pourquoi ne pas leur donner les cartes de visite que la FEC fait pour tous les délégués qui en font la demande ?
Souvent, les demandes de ces salariés sont simples et tout délégué FO peut y répondre ; et si c’est une question plus pointue, restent les UD ou les fédérations qui peuvent apporter LA réponse.

Vous avez su montrer votre capacité à exister dans vos entreprises ; et bien, c’est un autre défi : il faut amener les salariés des TPE à voter pour le seul syndicat indépendant : FORCE OUVRIERE.

Voilà une excellente résolution !

Adresse du site : www.info-tpe.fr

Lien permanent Nom de l'auteur