Les actualités de l’Union départementale FO Vienne


L'agenda FO Vienne

Consultez tous les évènements


Les actualités archivée

Voir les actualités en cours

Voir les archives

Retraites : Le dérapage incontrolé du Premier ministre

Publiée le 02/10/2011

Le 22 septembre dernier, François Fillon lance l'idée d'un alignement de l'âge de la retraite sur notre voisin allemand. Jean Claude Mailly dénonce cette suggestion. Les positions de Fo sont opposées à celle du gouvernement.

« À l’occasion de la remise du prix dit de «l’audace créatrice» à une PME, le Premier ministre serait sorti de son discours écrit pour évoquer la nécessaire convergence entre la France et l’Allemagne. Et de citer en la matière le dossier des retraites: "Il faudra aller vers un temps de travail commun, il faudra aller vers un âge de la retraite commun, il faudra aller vers une convergence progressive de l’organisation économique et sociale de ces deux pays, car c’est la clé de la survie et du développement de la zone euro et du continent européen."

Les naturellement optimistes pourraient en déduire qu’il faut, dans les deux pays, établir, par exemple, un droit à la retraite à taux plein à 60 ans. Ce serait confondre optimisme et naïveté. Il s’agirait en fait d’aligner vers le bas, dans la logique du dumping social et fiscal qui s’est accentué en Europe sous l’effet de traités d’orientation néolibérale (Maastricht et Lisbonne notamment).

Notre conception de l’Europe est inverse : c’est celle du progrès social, de l’harmonisation vers le haut, de la remise en place de règles, à savoir la logique inverse à celle du capitalisme néolibéral à l’origine de la crise actuelle.

Dans le cas présent, il y a fort à parier que l’«âge de retraite commun» serait 67 ans! Ce que nos anciens appelaient la retraite des morts (celle dont on ne peut guère bénéficier) serait de retour.

C’est oublier aussi qu’en Allemagne, la durée de cotisation exigée n’est pas, comme en France, de 41,5 ans mais de 35 ans! C’est oublier encore que, tant en France qu’en Allemagne, les travailleurs n’ont pas avalé les contre-réformes qui leur ont été imposées.

Si l’on veut réellement sortir de la crise, c’est la logique du dumping social et fiscal qu’il faut casser. C’est aussi la seule manière de faire réapparaître l’Europe comme un espoir non comme une contrainte.

Vu les réactions suscitées par la déclaration du Premier ministre, Matignon a indiqué qu’aucun dossier retraite n’était aujourd’hui d’actualité.

Il nous appartient en tout cas d’être particulièrement vigilants et de maintenir toutes nos revendications, y compris bien entendu notre opposition à la mise en place d’un régime unique par points, qui introduirait la flexi-retraite, c’est-à-dire l’insécurité sociale.

Adepte du pilotage, le Premier ministre a, en l’occurrence, fait un dérapage incontrôlé.»

Lien permanent Nom de l'auteur