Les actualités de l’Union départementale FO Vienne


L'agenda FO Vienne

Consultez tous les évènements


Les actualités archivée

Voir les actualités en cours

Voir les archives

Force Ouvrière juge intolérable "le pacte pour l'Euro"

Une croissance en « méthode Coué »

Publiée le 21/04/2011

Des évènements majeurs viennent de frapper les économies mondiales. Pour l’heure, la conjoncture internationale reste donc très hésitante. Les prévisions disponibles ont été réalisées avant le séisme survenu au Japon dont les répercussions sur l’économie mondiale, en plus des drames sociaux et humains, pourraient être très importantes, bien qu’encore impossible à évaluer.

En ce qui concerne les tensions et bouleversements au Proche Orient et en Afrique du Nord, si ceux-ci ont déjà contribué à augmenter le prix du pétrole, la question de la durée et de l’ampleur qu’aura cette tendance à la hausse du prix des matières premières sur l’ensemble des autres prix reste entière.

Au niveau international, l’OCDE, dans son évaluation intérimaire de début avril, prévoit toutefois une croissance meilleure que prévue dans les grands pays, à l’instar de ce qu’elle a été fin 2010 aux Etats-Unis et dans les pays émergents notamment. Le rebond de la croissance viendrait, selon l’OCDE, de la reprise du commerce mondial qui a retrouvé ses niveaux d’avant crise et de la bonne santé des comptes des entreprises. Dit autrement : de la reprise des profits, ce qu’a effectivement, et récemment confirmée, la publication des résultats des entreprises françaises du CAC 40 avec des profits en hausse de 85% par rapport à 2009 ! La légère amélioration des marchés du travail, en particulier de celui américain, bénéficierait en outre à la consommation privée.

Pour la zone Euro et la France en particulier, les perspectives sont particulièrement modestes avec un taux de croissance annoncé en baisse dés le second trimestre 2011, un taux de chômage qui se maintient à un niveau élevé et une demande privée très fragilisée par la dureté des plans de rigueur partout mis en œuvre.

Les prévisions de l’INSEE annoncent néanmoins un certain dynamisme de l’activité économique mais principalement pour la première moitié de l’année 2011. Tiré par la reprise de l’investissement et des exportations, ce scénario d’une « consolidation » de la reprise française – une reprise récemment qualifiée de « modérée » par l’OCDE – pourrait se confirmer selon l’INSEE au vu de l’amélioration des « indicateurs de confiance », sortes de baromètre du moral des chefs d’entreprises et des industriels quant à leur activité propre et à celle de leur branche.

Si l’INSEE assoit donc en partie sa prévision sur la « psychologie », d’autres facteurs, bien concrets quant à eux, nous inclinent à beaucoup plus d’inquiétude. La montée des prix alimentaires et des prix énergétiques, la généralisation des mesures de rigueur, d’austérité et de modération salariale décidée dans le cadre scandaleux du « pacte de l’euro » constituent autant de facteurs récessifs pour l’activité économique que de puissants leviers de régression sociale. L’INSEE le reconnaît d’ailleurs en classant au premier rang des fragilités, l’impact, d’ores et déjà qualifié de significatif, des mesures de consolidation budgétaires menées en Europe sur le pouvoir d’achat des ménages.

La dangerosité et la portée politique de ce programme scandaleux d’une « coordination renforcée des politiques économiques pour la compétitivité et la convergence » ou « pacte pour l’Euro », doivent être évaluées à leur juste valeur. Avec ce pacte visant à lier salaires et productivité, à restreindre la souveraineté des Etats et de leur parlement en matière de finances publiques, l’Union Européenne vient de franchir un pas que FORCE OUVRIERE juge intolérable.

Conjugué à l’action de la Banque centrale européenne (BCE) en faveur d’une modération salariale elle aussi constitutionnalisée, à celle de l’OCDE souhaitant pour la France un marché du travail moins protecteur ou un assainissement budgétaire encore plus rapide, ce « pacte des loups de la finance » offre une autre illustration du pouvoir de nuisance de cette idéologie libérale au nom de laquelle nos institutions économiques n’avancent même plus cachées.

Quand ce n’est plus la réalité qui est la faculté première de l’estimation, mais la croyance aveugle en un modèle ayant déjà fait les preuves de ses effets dévastateurs, la croissance devient une espérance en « méthode Coué » alors que les drames sociaux et humains explosent.

Lien permanent Nom de l'auteur